Voilà ce que nous vous avons toujours dit, se ne sont donc pas des bruits de couloir comme certains on pu le dire. Une preuve que se dossier nous tient à cœur et que nous sommes au plus proche pour vous.

D’ici à 2021, l’aéroport de Saint-Brieuc Armor pourrait compter en son sein une piste éducative routière. C’est du moins ce qu’espère la chambre de commerce et d’industrie des Côtes-d’Armor. (Julien Molla)

Le syndicat mixte de l’aéroport Saint-Brieuc Armor, à Trémuson, doit étudier, le 12 décembre, le seul dossier déposé concernant la création d’une piste éducative routière au sein de l’aéroport. Un projet estimé à environ 5 millions d’euros et pour lequel la Ligue motocycliste de Bretagne et la chambre de commerce des Côtes-d’Armor cherchent des partenaires financiers.

Depuis l’appel à projet lancé en septembre 2017, le projet de circuit automobile à l’aéroport de Trémuson s’est transformé en « piste éducative routière ». Un projet de piste de 2,8 km, dont le coût est estimé entre 4,5 et 5 millions, pour lequel un seul dossier a été déposé : celui porté par la Ligue motocycliste de Bretagne.

Si le dossier doit encore être étudié par le syndicat mixte de l’aéroport, le 12 décembre, le projet semble en bonne voie. « Si tout va bien, nous pouvons espérer un dépôt du permis de dossier en juin 2019 pour une mise en service de la piste en début d’année 2021 », indique Thierry Troesch, le président de la chambre de commerce et d’industrie des Côtes-d’Armor.

 

Des réunions publiques début 2019

 

Un circuit qui devrait remplir plusieurs missions : une formation à la conduite pour tous les publics, un volet sécurité routière, une partie recherche et développement qui pourrait être menée par le Véhipole de Ploufragan, et une mission de loisir pour tous les moyens de circulation.

Avant ça, la Ligue motocycliste de Bretagne et la CCI travaillent à la recherche de partenaires privés pour financer le projet. « Un financement participatif pourrait aussi être mis en place », annonce Thierry Troesch.

Une structure associative va également être lancée dans les prochaines semaines pour porter le projet. « Cela nous permettra d’organiser des réunions publiques, à compter du premier trimestre 2019 », explique Thierry Troesch. « Cela nous permettra de répondre aux inquiétudes des riverains ».

No Comments

About the Author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Loading...